19 juin 2022 à 11h – Salle de la Sablonnière – Larchant – 1 rue de la Cave Chatenoy

La distraction, c’est juste pour les vacances ?

Photographie Maurice Manesse

Se distraire ou être distrait, ce n’est déjà pas la même chose ! Mais dans les deux cas il s’agit de s’abstraire de notre réalité, de notre quotidien… pour réfléchir, pour rêver ou pour penser à autre chose que l’ensemble de nos obligations et contraintes ! Mais n’y a-t-il pas une ou des raisons plus profondes ?

En mai, fais ce qu’il te plait…

Rendez-vous dimanche 22 mai 2022 à 11h – Salle Sablonnière – Larchant

Conférence débat animée par Catherine Fava Dauvergne et Laurence Manesse Cesarini

Le Printemps, Photo LMC

S’agirait-il de liberté ?

Spinoza (1632-1677) semble en douter : « La liberté n’est que l’ignorance des causes qui nous déterminent » affirme-t-il dans son Ethique. Dès lors, si nous ignorons ce qui nous détermine, pouvons-nous encore penser que nous sommes vraiment libres ?

Mais tout commence par une définition, voici ce qu’en pense Paul Valéry (1871-1945)

« Liberté : c’est un de ces détestables mots qui ont plus de valeur que de sens ; qui chantent plus qu’ils ne parlent ; qui demandent plus qu’ils ne répondent ; de ces mots qui ont fait tous les métiers, et desquels la mémoire est barbouillée de Théologie, de Métaphysique, de Morale et de Politique ; mots très bons pour la controverse, la dialectique, l’éloquence ; aussi propres aux analyses illusoires et aux subtilités infinies qu’aux fins de phrases qui déchaînent le tonnerre. »  Paul Valéry, Regards sur le monde actuel, « Fluctuations sur la liberté »

Cette liberté, si difficile à définir, ne serait-elle vraiment qu’une illusion ?

Descartes (1596-1650), quant à lui, a très clairement défini le libre-arbitre comme désignant l’idée selon laquelle nous sommes capables de commencer absolument, en nous arrachant en quelque sorte à la causalité telle qu’elle est engagée dans les choses : ayant eu à choisir entre plusieurs voies possibles, je me suis déterminé par moi-même, indépendamment de toute détermination extérieure à ma volonté. Voici donc bien la certitude que nous sommes libres, ou au moins possiblement libres ! Parce qu’en effet, pour Descartes, notre volonté est infinie, à l’image de celle de Dieu. Sauf que l’exercice de cette volonté est sans limite pour Dieu puisqu’il est omniscient alors que nous sommes limités. (Méditations IV)

Jean-Paul Sartre (1905-1980) affirme quand même, dans l’Existentialisme est un humanisme, que « l’homme est condamné à être libre. » La liberté n’est plus à apprendre, nous sommes jetés dans le monde et, dès lors, libres !

Hummm, ça se discute !

Samedi 26 juin 2021 – 11h au Prieuré de Grez sur Loing

Notre prochain rendez-vous philo est programmé dans le cadre du Festival Poétiser le Monde et l’exposition de Sylvie Duval et Julia Sini au prieuré de Grez sur Loing

Sylvie Duval Encre de Chine sur papier 30 x 30 cm jANV 2020 (veneux)

Nous vous proposerons une promenade dans les traces de Bachelard et de l’imagination puisqu’il sera question de rêves et de rêveries… En attendant, belle journée à tous

CONFINEMENT/DECONFINEMENT,pandémie mondiale… et après ?

Photo Janine Mignot

Nous voici encore pris dans cette bien curieuse époque sous le signe d’une pandémie mondiale. Nous avons été confinés, puis déconfinés, puis reconfinés en partie… Selon les uns ce confinement-déconfinement était une atteinte à nos libertés, le port du masque également, les interdictions de regroupements idem, les fermetures des cinémas, restaurants, bars etc. tout pareil ! Nous avons appris à garder nos distances, à travailler à distance ce qui a impliqué pour certains la découverte et l’utilisation des nouvelles techniques de communication…

Certains ont crié « au secours, rupture du lien social » d’autres « au joie, enfin tranquille pour organiser mon rythme de travail ».  Bref, dans la vraie vie, personne ne semble se mettre d’accord. Fort bien… Voyons si la philosophie peut nous aider à comprendre ce qui est arrivé, et ce qui arrive encore avec la Covid-19 !

Premier avertissement : la philosophie a besoin de temps et… de recul ! Or nous sommes toujours pris dans l’événement ! Comment parvenir à prendre une certaine distance quand nous sommes au cœur même de ce qui arrive ? Voici le défi du jour !j

Avril 2020 – Julia Sini

Souvenons-nous de la petite phrase d’André Comte-Sponville : « Laissez-nous mourir comme nous voulons ! » Assurément oui, cette revendication nous pouvons la défendre, mais sortie de son contexte ! Ce serait la question du droit à une mort digne. Ce n’est pas cette question qui est en jeu avec la Covid-19.

Souvenons-nous aussi de la position d’Edgard Morin, qui ouvre sans doute davantage sa réflexion au collectif : « Nous subissons un confinement physique mais nous disposons des moyens de communiquer en paroles (phone) images (vidéophone, Skype) textes (mails) et nous disposons de radio et tv qui nous mettent en communication avec autrui et avec le monde ; au stade actuel, en réaction à l’enfermement, nous nous sommes ouverts, plus attentifs et solidaires les uns aux autres.

Carnet d’un voyage immobile – Avril 2020 – Jeanne Papa

La vie de couple ou de famille se bonifie, sauf chez les couples infernaux. Ce sont les solitaires sans phone ni télé, et surtout les non confinés, c’est-à-dire les sans-abris, qui sont les victimes absolues du confinement d’autant plus qu’ils sont oubliés du pouvoir et des médias. »

Deuxième avertissement : Pensons bien, dans nos réflexions, à distinguer la sphère privée de la sphère publique, l’individuel et le collectif…

Troisième avertissement : Si nous parlons de liberté précisons le sens que nous lui donnons. La liberté de mouvement fut contrariée, mais au-delà qu’en a-t-il été de notre liberté de penser par exemple ?

Aujourd’hui nous nous proposons la question suivante : La Covid-19 fait-elle évènement dans l’histoire des hommes. Cette pandémie mondiale, soutenue par la mondialisation précisément, aura-t-elle changer notre regard sur le monde et sur nous-mêmes ? Nous en appellerons à Kant pour commencer par répondre à un problème préalable : qu’est-ce qu’un évènement dans l’histoire des hommes ?

L’IA ou l’intelligence artificielle…. que nous arrive-t-il exactement ?

Une très jolie rencontre pleine de questions… et de réponses en attente ! Une nouvelle séance sur le même thème est à programmer en 2019.

Nous avons commencé par identifier et différencier 4 types d’intelligence : l’intelligence artificielle (celle des programmes) l’intelligence naturelle (celle des vivants en général, et des animaux en particulier) l’intelligence biologique (celle des neurologues, le cerveau et ses connexions électriques) et l’intelligence humaine.

Nous avons ensuite tenté d’identifier la source de nos peurs face à l’accélération et les investissements impressionnants autour de l’intelligence artificielle… plusieurs pistes sont ouvertes !

Fut évidemment évoquée notre perte de contrôle sur les objets techniques…

Bref, un débat à poursuivre !

Dimanche 13 mai à 11h à la Sablonnière Larchant

Ce que je perçois, est-ce bien le réel ?

Par Laurence Manesse Cesarini, professeur de philosophie, essayiste

PERCEVOIR, c’est quoi au juste ? Percevoir est-ce voir ? Ce que je vois n’est-il pas souvent le fruit de mes désirs ? Cet homme sur la photo, que voit-il ? Ce qui est ou ce qu’il imagine être ?

photo Cyril de Ricou

Quant au REEL, qu’est-il d’autre que ce qui est ?

Si la connaissance des choses suppose un objet stable, la réalité des choses ne saurait s’identifier à leur apparence sensible, toujours changeante ! La réalité devrait nous donner les choses telles qu’elles sont en elles-mêmes et pas seulement telles qu’elles nous apparaissent !

Voici le petit voyage en philosophie que nous vous proposons ce dimanche à Larchant….. Nous croiserons Platon, Descartes, Alain sans doute et surtout… nos différents regards !

Vous y espérant….

 

 

Rêve, solitude et isolement – le 18 février 2018, 11h à Larchant

Chers amis de la philosophie et des arts,

Je vous remercie de bien vouloir excuser l’annulation de la rencontre du dimanche 28 janvier dernier qui devait être consacrée au thème de la solitude et de l’isolement. Notre prochain rendez-vous est prévu le 18 février à 11h – salle de la Sablonnière à Larchant – qui nous permettra de réfléchir à l’influence de nos rêves quant au déroulement de notre vie, et donc de nos choix. Cependant nous pourrons peut être mêler rêve, solitude et isolement… pourquoi pas !

Cette séance sera un peu exceptionnelle puisque nous vous proposerons de passer un peu plus de temps avec nous pour partager un apéritif dinatoire auquel chacun peut participer en apportant une salade, quelques fruits, du fromage… enfin ce que vous voudrez.
Nous enchainerons ensuite sur l’Assemblée Générale de l’association qui nous permettra de vous présenter ses différentes activités et ses projets.

Au plaisir de vous retrouver
La petite équipe de Philozarts